Politique

La Revue russe n° 45

Les années Eltsine

publié sous la direction d’Armelle Groppo

2015

Les années Eltsine : un héritage oublié ou occulté, introduction par Armelle GROPPO

Les héritages politiques de Boris Eltsine, par Jean-Robert RAVIOT

1992-1999 – de l’économie administrée à l’économie de marché : envers et contre tout, une mue réussie, par Gérard DUCHÈNE

Genèse de popularité de Vladimir Poutine, par Galia ACKERMAN

Les années terribles, par Véronique JOBERT

Le moment Kozyrev : retour sur les fondements de la politique étrangère postsoviétique, par Julie DESCHEPPER

La désintégration et la recomposition de la puissance russe, par Julien BUFFET

Les USA et la Russie en quête d’un nouveau partenariat à la fin du XXe siècle, par Sthépane DUPUY

 

Quantité
Produit en stock

Old Price: 15,16 €

Price: 14,40 €

You save: 0,76 €

Loading Mise à jour du panier…
Vente

La Tchécoslovaquie – sismographe de l’Europe au XXe siècle

publié sous la direction de Antoine Marès

ISBN  978-2-7204-0457-3, 2009, 291 p.

Depuis 1618, début de la guerre de Trente Ans, qui éclate précisément à Prague, l’espace tchéco-slovaque joue le rôle de sismographe du continent. Plus que jamais au xxe siècle, lors des « années en huit » où tous les grands séismes politiques ont trouvé une forme aiguë du côté de Prague et de Bratislava :

en 1918, les empires s’effondrent au profit des États nationaux et, dans un premier temps, démocratiques ;
en 1938, la crise internationale et les accords de Munich traduisent le recul des démocraties face au nazisme ;
en 1948, la prise de pouvoir par les communistes le 25 février sonne le glas de l’indépendance face à Moscou et illustre la division de l’Europe autour des deux blocs ;
en 1968, Tchèques et Slovaques apportent leur pierre à la réflexion d’un modèle alternatif au système soviétique, proposant une « troisième voie » entre capitalisme et communisme ;
en 1988-1989, la Tchécoslovaquie participe à l’effondrement du bloc soviétique, avec une « révolution de velours », qui sera suivie en 1993 d’un « divorce de velours ».
Intégrer cette histoire particulière – et exemplaire – dans un cadre comparatif et essayer de l’écrire en dehors de schémas strictement occidentaux, comme c’est si souvent le cas, telle est la gageure de cet ouvrage collectif qui rassemble historiens français et européens (et surtout centre européens).

Quantité
Produit en stock

Old Price: 17,06 €

Price: 16,25 €

You save: 0,81 €

Loading Mise à jour du panier…
Vente

La Tchécoslovaquie, 1938-1941

Chute et rétablissement d’une nation

édité par Edvard Beneš & Milan Hauner, introduction par Milan Hauer, traduit de l’anglais par Guy et Irène Imart

ISBN  978-2-7204-0445-0, 2008, 190 p., illustrations en noir et blanc

Le général de Gaulle a écrit dans ses Mémoires de Guerre : « À mesure des désastres de juin, la Grande-Bretagne avait vu arriver sur son sol les souverains et les ministres […]. Les Tchécoslovaques entreprenaient de s’organiser […]. La France Libre attirait surtout les plus inquiets et les plus malheureux, tels les Polonais et les Tchèques. À leurs yeux, nous qui restions fidèles à la tradition de la France, représentions, par là même, une espérance et un pôle d’attraction. En particulier, Sikorski et Beneš […] au milieu des intrigues et des susceptibilités qui compliquaient pour eux le malheur, établirent avec moi des rapports constants et suivis. Jamais peut-être, mieux qu’au fond de ce gouffre, je n’ai senti ce qu’était, pour le monde, la vocation de la France. »

C’est ce désastre qu’illustre ce texte inédit d’Édouard Beneš, président de la Tchécoslovaquie, contraint de quitter son pays à la suite des tragiques accords de Munich de septembre 1938, qui sacrifiaient un des plus fidèles alliés de la France.
Milan Hauner, historien tchéco-américain, nous livre un manuscrit particulièrement intéressant (qu’il met en contexte), parce qu’écrit à chaud, en 1941, à un moment où l’issue de la guerre était inconnue : Beneš y fait preuve d’une remarquable lucidité et d’un optimisme à toute épreuve quant à la victoire de la démocratie, et des démocraties. Il raconte son combat pour effacer « Munich », qu’il n’avait ni su anticiper ni pu empêcher.
Au moment de la commémoration du soixante-dixième anniversaire de ces tragiques événements, cette parution est une pièce importante à verser à la tumultueuse histoire de l’Europe et montre qu’une fois de plus, le destin de l’État tchécoslovaque a été au xxe siècle une sorte de baromètre du climat international.

Quantité
Produit en stock

Old Price: 11,37 €

Price: 10,83 €

You save: 0,54 €

Loading Mise à jour du panier…
Vente

Le liberum veto, étude sur le développement du principe majoritaire

 Ladislas KONOPCZYNSKI

ISBN   978-2-7204-0043-8, 1930, 297 p.
Quantité
Produit en stock

Old Price: 11,37 €

Price: 10,83 €

You save: 0,54 €

Loading Mise à jour du panier…
Vente

Le mouvement ouvrier bulgare, 1882-1918

publié par Alexandre Tikhian, Monique Armand, Georges Haupt et Elena Savova

ISBN  978-2-7204-0188-6, 1984 p., 254 p.

Quantité
Produit en stock

Old Price: 27,49 €

Price: 26,18 €

You save: 1,31 €

Loading Mise à jour du panier…
Vente

Le pinceau, la faucille et le marteau

Les peintres et le pouvoir en Union soviétique de 1953 à 1989

par Irène SEMENOFF-THAN-CHANSKY, préface Basile Kerblay

ISBN 978-2-7204-0286-9, 1993, 328 p., 16 planches hors texte

Les peintres soviétiques ont été parmi les premiers, à côté des écrivains dissidents, à ébranler la toute-puissance du totalitarisme soviétique. Enfermés jusqu’en 1956 dans le carcan du « réalisme socialiste », fonctionnarisés au sein d’une bureaucratie omniprésente, les artistes ne tardent pas à entrer en conflit violent avec le pouvoir. Celui-ci est bien conscient de la menace : Khrouchtchev lui-même n’hésite pas à proclamer en décembre 1962 : « Pour les questions d’art, je suis staliniste » et à déclarer explicitement la guerre aux artistes. En 1974, une exposition de peintres non conformistes est anéantie sous les bulldozers.

Courroie de transmission de la tyrannie étatique, l’Union des artistes est pourtant bientôt contrainte à la réforme et doit réduire sa pression sur les peintres, pour en venir avec la perestroïka à un abandon de toute référence eu Parti et au réalisme socialiste.

Il existe de nombreuses études sur l’art soviétique officiel et sur l’art non conformiste, mais l’originalité de cet ouvrage est de présenter, au-delà de l’histoire, une véritable sociographie du milieu des peintres soviétiques et d’analyser, pour la première fois, à travers les institutions, les rapports du pouvoir et de l’art. Irène Semenoff-Tian-Chansky fait ici oeuvre de sociologue et de politologue, dans un domaine qui jusqu’ici n’avait pas été exploré sous cet angle.

 

Quantité
Produit en stock

Old Price: 18,96 €

Price: 18,05 €

You save: 0,91 €

Loading Mise à jour du panier…
Vente

Le Vingtième Congrès

Mythes et réalités de l’Europe de l’Est en 1956

édité par René Girault

ISBN  978-2-7204-0123-7, 1977, 152 p.

Quantité
Produit en stock

Old Price: 5,69 €

Price: 5,42 €

You save: 0,27 €

Loading Mise à jour du panier…
Vente

Les noblesses dans l’empire des Habsbourg

Revue des études slaves, tome 78, fascicule 4

édité par Bernard Michel et Catherine Horel

ISBN  978-2-7204-0437-5, 2008, 192 p.

Introduction, par Catherine HOREL

LENDEROVA Milena, Une femme de deux espaces : Pauline de Schwarzenberg
KLINGER Thibaut, Mariage et famille dans la noblesse bohême : l’exemple des Colloredo
ŠVARICKOVA-SLABAKOVA Radmila, La question de l’enracinement dans un nouvel espace : le cas des Mensdorff-Pouilly
FRIMMOVA Eva, L’influence de la famille Illésházy sur la vie politique et culturelle dans la première moitié du XVIIe siècle
CHALINE Olivier, Les Buquoy, d’Artois en Bohême
ONDO-GRECENKOVA Martina, La noblesse de la monarchie des Habsbourg au cœur de la République des lettres européenne : le cas de la relation entre Windischgrätz et Condorcet

Quantité
Produit en stock

Old Price: 17,06 €

Price: 16,25 €

You save: 0,81 €

Loading Mise à jour du panier…
Vente

Mémoires de Stanislas II Auguste (PONIATOWSKI)

édité par Anna Grześkowiak-Krwawicz & Dominique Triaire

ISBN 978-2-7204-0484-9, 2012, 863 p., 8 pl. h.-t. coul.

En 1795, la Pologne est rayée de la carte de l’Europe pour cent vingt-trois ans. Le redressement du pays, symbolisé par la constitution du 3 mai 1791, puis par l’insurrection de Tadeusz kościuszko, n’a pas empêché l’Autriche, la Prusse et la Russie de consommer leur œuvre. On chercha alors ceux qui avaient causé la catastrophe finale.

Le dernier roi, Stanislas Auguste (1732-1798), fut le premier vers qui se tournèrent les regards. Il est vrai que, placé sur le trône en 1764 par Catherine II, dont il avait été l’amant, il passait aux yeux d’une partie de ses compatriotes pour l’homme lige de la Russie. Le roi le savait, mais il savait aussi la situation déplorable de la vieille République dont la noblesse, jalouse à l’excès de ses libertés et de ses traditions sarmates, restait raidie sur le funeste « liberum veto » qui bloquait toute augmentation des impôts et donc de l’armée. Les timides réformes tentées par le jeune souverain n’irritèrent pas moins la noblesse conservatrice que les puissants voisins qui veillaient à maintenir la Pologne dans son état de faiblesse.
C’est dans ces circonstances que la confédération de bar éclata dont l’épisode culminant fut en novembre 1771 l’enlèvement du roi. Il mesura alors combien son image était avilie dans le pays, et comprit que beaucoup lui attribuaient la responsabilité des événements – et les plus terribles étaient à venir. Stanislas Auguste sentit qu’il devait répondre aux accusations que ses contemporains (et au-delà, la postérité) portaient contre lui.
Ce sont les « Mémoires » : leçon de politique moderne où le roi, nourri de la pensée des Lumières, analyse les dangers que court une république (car le régime polonais, malgré ses défauts, était républicain) face à des despotes armés et cyniques. Le roi voulait être lu : il écrivit en français. Malheureusement, à sa mort, ses papiers furent saisis sur ordre de Paul Ier ; ils ne furent ouverts à la consultation qu’au XXe siècle. cette édition, la première en France, a été établie sur les manuscrits originaux, conservés à Moscou et à Cracovie.
Anna Grześkowiak-Krwawicz est historienne, professeur à l’Université de Varsovie et à l’Institut de recherches littéraires (IbL) de l’Académie polonaise des sciences ; elle a publié « Regina libertas : Wolność w polskiej myśli politycznej XVIII wieku » (Gdańsk, Słowo/obraz Terytoria, 2006) et a dirigé avec Iza Zatorska « Liberté : héritage du Passé ou idée des Lumières ? Freedom : Heritage of the Past or an idea of the Enlightenment ? » (Kraków ; Warszawa, Collegium Columbinum, 2003)
Dominique Triaire est professeur de littérature à l’Université de Montpellier ; avec François Rosset, il est l’auteur d’une biographie de Jean Potocki (Flammarion, 2004) et d’une édition des œuvres du même écrivain (Peeters, 2004-2006, 6 vol.)

Quantité
Produit en stock

Old Price: 56,87 €

Price: 54,16 €

You save: 2,71 €

Loading Mise à jour du panier…
Vente

Munich 1938 : mythes et réalités

Revue des études slaves, tome 52, fascicules 1-2

publié sous la direction de Antoine Marès

1979, 256 p.

Documents André Mazon
MILLET Y., L’Institut d’Etudes Slaves et la Tchécoslovaquie
La Tchécoslovaquie, objet des relations internationales
DUROSELLE J.-B., Introduction générale
ADAM M., La Hongrie et la Tchécoslovaquie
BATOWSKI H., La politique polonaise et la Tchécoslovaquie
ADAMTHWAITE A.P., Le facteur militaire dans la décision franco-britannique avant Munich
DU REAU E., Edouard Daladier et les problèmes de mobilisation industrielle au moment de Munich
RHODE G., La situation en Allemagne en 1938 et la question des nationalités en Tchécoslovaquie >
MARES A., La question tchécoslovaque devant l’opinion française en 1938 (
Les réalités tchécoslovaques en 1938
MICHEL B., L’ambassadeur Osusky et son action en France
Dossier Necas
SNEJDAREK A., La Tchécoslovaquie à la veille de Munich : la situation intérieure
TEICHOVA A., Munich 1938, une réappréciation économique
LEMBERG H., La question allemande à l’intérieur de la Tchécoslovaquie
HAUNER M., La Tchécoslovaquie en tant que facteur militaire
RUPNIK J., Le parti communiste en Tchécoslovaquie
GIRAULT R., En guise de conclusion
Témoignages : Armand Bérard, † Jean Chauvel, Jean Daridan, René Massigli, Charles Tillon
Cartes : la répartition géographique de la minorité allemande en Tchécoslovaquie
Les annexions d’octobre 1938 à mars 1939

Quantité
Produit en stock

Old Price: 17,06 €

Price: 16,25 €

You save: 0,81 €

Loading Mise à jour du panier…
Vente
LoadingMise à jour…