Mon URSS

Marche russe1-1998

Mon URSS – courte présentation

2017, centenaire de la révolution russe qui aboutit à la création de l’URSS.

2019, centenaire de la fondation de l’Institut d’études slaves.

Le rideau est tombé sur l’URSS, il y a déjà plus de 25 ans, mais l’Institut, fondé par Ernest

Denis et une poignée de collègues sur des bases scientifiques, apolitiques, dans un esprit de

curiosité intellectuelle et d’amour sincère des langues, littératures et cultures slaves, est

toujours debout. Il est notre petite Rome de la slavistique qui ne prétend à aucune hégémonie,

mais cultive la mémoire de ses pères fondateurs et de tous ses membres qui ont contribué,

chacun à son époque et selon son génie propre, à son rayonnement.

En ce temps d’anniversaire, il a paru naturel de demander aux membres de l’Institut et à leurs

proches, à tous les hommes et femmes de bonne volonté qui se sont investis dans les études

slaves, de nous faire part de leurs souvenirs.

Une collecte s’organise donc. Son thème, ou son fil conducteur est le suivant : « Mon URSS /

Мoй coвeтcкий coюз ». Des oeuvres impressionnistes, personnelles, comme le мoй Пушкин

auquel certains auteurs connus se sont prêtés.

Les textes publiés proviennent le plus souvent d’enseignants ou de chercheurs, Français qui

ont fait le voyage initiatique en URSS (souvent plusieurs fois) et soviétiques qui ont quitté

leur pays, ou l’ont vu prendre une autre forme, un autre nom. Point n’est besoin de présenter

Michel Aucouturier ou Gérard Abensour. Nous sommes aussi nombreux à connaître Olga

Medvedkova, spécialiste d’histoire de l’art, ou Marie Alliot-Erastov, professeur de russe et

blogueuse à ses heures. Jean Bressolette, un des piliers de l’Association française des

russisants, égrène aussi souvenir. Quant à Françoise Dussaut, qui nous a quittés tout

récemment, elle raconte mieux que personne ses premiers pas sur une galaxie inconnue, la

Grande URSS, en 1955-1956. Reçue à l’agrégation en 1958, mariée la même année avec

Jacques Gonneau, elle a fondé une famille de professeurs de russe. Ma mère a enseigné cette

langue, officiellement au Lycée Camille Julian de Bordeaux et jusqu’à sa retraite en 1994,

mais, comme beaucoup de ses élèves et moi-même l’ont ressenti, elle a continué jusqu’à son

dernier jour. Je me permets de lui dédier cette première livraison de « Mon URSS ».

30 Juin 2017

Pierre Gonneau

Abensour-Mon URSS

Aucouturier-Mon URSS

Bressolette-Mon URSS

Erastov-Mon URSS

Gonneau.F-Mon URSS

Medvedkova-Mon URSS