Histoire des idées

L’Occident vu de Russie, nouvelle édition 2017

Anthologie de la pensée russe, de Karamzine à Poutine 

L’Occident comme modèle à imiter, rattraper, dépasser, régénérer, ou rejeter ?  

ISBN 978-2-7204-0545-7, 790 pages, illustrations, index thématique et index des noms, bibliographie,

nouvelle édition revue et corrigée, juin 2017

 

140 auteurs – choix, présentations et traductions par Michel NIQUEUX

préface par Georges NIVAT

À cheval sur l’Europe et l’Asie, qui l’envahirent à plusieurs reprises, sans héritage gréco-romain ou catholique, occidentalisée de force (dans ses couches supérieures) par Pierre le Grand qui, au début du XVIIIe siècle, « perça » une « fenêtre sur l’Europe », la Russie a fait de son rapport à l’Occident non seulement une question géopolitique, mais aussi existentielle et philosophique : il en va de son identité nationale, de son organisation sociale et politique, de son « âme » ou de sa « civilisation », et du lien de celle-ci avec les « valeurs universelles » des Lumières. Dès le début du XIXe siècle, écrivains et penseurs russes débattent, et se divisent, sur les voies du développement de la Russie : faut-il protéger la Russie du poison européen de l’athéisme et de la dépravation (M. Magnitski, 1820), sauver l’Europe de la décadence (A. Kraïevski, 1837), ou devenir des Russes d’esprit européen (V. Biélinski, 1841), et suivre le même chemin que l’Europe occidentale, en nous gardant de ses erreurs (N. Dobrolioubov, 1859), pour ensuite la rattraper et la dépasser comme le voulaient les bolcheviks ? La « révolution conservatrice » actuelle, qui se développe en réaction à la perestroïka, avec son anti-occidentalisme, la dénonciation de la décadence de l’Occident « pourri », le rejet du modèle libéral-démocratique pour une voie russe originale, ou eurasienne (A. Douguine, 2011), ne peut être comprise sans remonter aux débats de la première moitié du XIXe siècle, qui restent d’une étonnante actualité.

Sans équivalent dans quelque langue que ce soit, cette anthologie, avec ses nombreux textes traduits pour la première fois en français, ses notices de présentation qui la rendent accessible au grand public, son absence de parti pris, permettra d’avoir du rapport intellectuel ou idéologique de la Russie à l’Occident une vue étendue et approfondie (140 auteurs, qui reflètent beaucoup mieux une réalité complexe et variée que les quelques dizaines de noms auxquels on se réfère d’habitude). Sur plus de deux siècles, on pourra suivre l’évolution d’idées antagonistes issues d’une part des Lumières françaises (droits de l’homme, État de droit, démocratie, principe individuel, cosmopolitisme), d’autre part du romantisme allemand (génie national, individualité nationale, idéalisme), et la permanence de mythes historiosophiques qui fondent l’altérité de la Russie et sa mission salvifique ou régénératrice. Cet ouvrage est nécessaire à tous ceux qui s’intéressent à la Russie présente ou passée ou qui veulent suivre le destin des idées européennes sur le sol russe.

Michel Niqueux est professeur émérite de l’Université de Caen Normandie.

 

 

 

 

Quantité
Produit en stock

Price: 37,92 €

Loading Mise à jour du panier…

La Russie et la France des Lumières

Monarques et philosophes, écrivains et espions, par Alexandre STROEV

ISBN 978-2-7204-0551-8, 512 p., 483 illustrations en n & b, index des noms de personnes

Comment civiliser la Russie ? Le pays doit-il suivre l’exemple européen, comme le pense Voltaire, ou tracer sa propre voie, comme le suggèrent Rousseau et Diderot ? Au cours du XVIIIe siècle, en dialogue avec la France et d’autres pays, a Russie élabore ses propres Lumières. Elle réforme son système administratif, modernise son armée, fait fleurir les arts et les sciences.

Si Pierre Ier force le pays à endosser des habits étrangers, Catherine II les fait ajuster à la taille de l’empire et les confectionner chez soi. Des monarques et des penseurs, des diplomates et des aventuriers participent à ces changements.

Le livre étudie la circulation des idées entre la France et la Russie sous le règne de Catherine II, la mythologie des Lumières et son impact sur la politique. La Russie apparaît, à tour de rôle, ou bien comme un pays idéal qui se développe d’après les lois de la raison, ou bien comme un pays despotique et barbare qui menace l’Europe. Des récits de voyage, réels et imaginaires, offrent l’image du pays à civiliser. Voltaire et Casanova, le prince de ligne et Sénac de Meilhan, sans oublier des libertins sadiens, tentent de plaire à l’impératrice et la guider. Mission quasi impossible, car la « tsarine des Lumières » est passée maître dans l’art de gouverner les hommes. Et la diplomatie française anime une guerre de plume pour contrecarrer la montée en puissance de l’empire de Russie.

Alexandre STROEV, professeur de littérature générale et comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, étudie les relations culturelles franco-russes. Il est auteur et éditeur scientifique des ouvrages : Les aventuriers des Lumières (1997); Voltaire & Catherine II, Correspondance 1763-1778 (2006) ; L’image de l’Étranger (2010) ; La francophonie européenne aux XVIIIe-XIXe siècles (avec E. Gretchanaia et C. Viollet, 2012) ; Charles-Joseph de Ligne, Correspondances russes (avec J. Vercruysse, 2013), Savoirs ludiques (avec K. Gvozdeva, 2014) ; L’invention de la Sibérie par les voyageurs et écrivains français, XVIIIe-XIXe siècles (avec S. Moussa, 2014), etc.

 

 

Table des matières

C’est du Nord aujourd’hui que nous vient la lumières

I. Voyages et voyageurs

la France et la Russie sur la carte mentale des Lumières

L’Île de la Félicité

L’odeur de l’étranger

Robinsonnade sibérienne

Les voyages du comte Jan Potocki à la recherche des antiquités slaves

La transmigration des arts et la destinée de la Russie

Annexes :  Lettre de Jean Sylvain Bailly à Catherine II & Lettres de Volney à Grimm

Comment la France des Lumières inventa la Chine et la Russie, et ce qui s’ensuivit

La Russie vue par Mme de Staël et par Prosper de Barante : renversement des stéréotypes et batailles idéologiques

II. La tsarine des Lumières

Don Quichotte en jupon

Le chevalier d’Éon, collaborateur de l’abbé Fréron : défense et illustration de la Russie

Amazones des Lumières

L’Impératrice et le patriarche

Catherine II et Voltaire : correspondance intime et projets politiques

Voltaire en poète courlandais : l’Ode. Aux Confédérés de Pologne 

Les oisillons du nid de Voltaire : le mythe du poète francophone des Lumières .

Un pélerinage imaginaire au Ferney russe

Des projets utopiques pour changer la Russie

Comment civiliser la Russie en élevant des vers à soie à Saratov : un projet inédit de Giacomo Casanova

Des inventions proposées à Catherine II

Annexe : lettre du chevalier de Joris à Catherine II

Le philosophe volant : Grimm juge de Jean-Jacques

La société impériale

La Société des ignorants et le cercle de l’Hermitage de Catherine II

Annexes :

Catherine II, Arrivée de Bélisaire en Scythie & Catherine II, Le Voyage en Tauride

Ordonnance singulière

Règlements affichés à l’entrée de l’Hermitage

Le prince de Ligne

« Si vous étiez ici, je ne ferais plus gémir les presses ni les lecteurs… » : les enjeux épistolaires du prince Charles-Joseph de Ligne

Le prince de ligne au siège d’Otchakov en 1788

Gabriel Sénac De Meilhan

Gabriel Sénac de Meilhan, éditeur de faux

« Un Voyage sentimental en Russie » de Gabriel Sénac de Meilhan

Une œuvre inconnue de Gabriel Sénac de Meilhan envoyée à Catherine II

Annexes : Lettres et essais de Sénac de Meilhan

III. Guerre de plume : diplomatie, espionnage et histoire

Séduire et soudoyer

Vivant Denon en Russie

Annexe : lettre du comte de Ségur à Grimm, 28 juillet 1785

L’histoire comme arme diplomatique

La Russie dans L’Esprit des Journaux (années 1770-1780)

Gouverner la Russie : Catherine II vue par Sade

Les faux testaments politiques de Frédéric II, Pierre Ier et Catherine II

La Russie entre Voltaire et Sade

Index

Table des illustrations

 

Quantité
Produit en stock

Price: 37,92 €

Loading Mise à jour du panier…
LoadingMise à jour…